Recevez nos offres spéciales

Offres exclusives, réductions, invitations : tout un monde de privilèges s’ouvre à vous...
Abonnez-vous à notre newsletter pour en profiter !

Entrez votre adresse e-mail


Toutes les données collectées sont nécessaires à la gestion de nos relations commerciales et sont destinées à l'usage de Damart.
Conformément à la loi sur la protection des données, vous pouvez exercer votre droit d'accès, de rectification ou de supprimer vos données personnelles ou si vous ne souhaitez pas recevoir des offres de sociétés dans le cadre de Damart, écrivez-nous à l'adresse suivante: Damart - Service Clientèle - 59086 Roubaix Cedex 2.
Pour en savoir plus sur l'utilisation de vos données personnelles et vos droits, cliquez ici .

 

 

QUESTIONS FRÉQUENTES
AUTOUR DU RUNNING

 



SUR TERRAIN DUR OU TERRAIN SOUPLE ?

Chaque type de surface a ses avantages et ses inconvénients pour la course.

- Dans les chemins de terre et les sous-bois, l'irrégularité des sols permet de ne pas répéter les mêmes gestes pendant la foulée. Ainsi, les risques de blessures sont plus faibles et la dépense en calories, plus importante. Cependant, marcher sur des branchages ou des cailloux peut provoquer des fractures ou des entorses.

- Sur du sable ou sur une plage, la dépense en calories est plus importante. Les pieds s'enfoncent davantage dans le sol, ce qui renforce également les membres inférieurs. L'inconvénient de courir sur ce type de terrain est la forte sollicitation du tendon d'Achille qui peut provoquer des blessures graves.

- Sur un tapis de course, on peut cadrer sa course en choisissant sa vitesse et la distance à parcourir. Pour les adeptes du fractionné, le tapis de course est idéal. L'inconvénient : la monotonie et le risque d'ennui.

- Sur du bitume, on peut s'entraîner pour des courses qui se font en général sur ce type de surface. Cela permet de mieux appréhender sa foulée. En revanche, en courant sur le trottoir, on peut être gêné par les passants et le sol dur augmente le risque de blessure. L'idéal pour courir sur le bitume est de porter des baskets avec un bon amorti. Il est recommandé de bien les essayer en magasin et de les choisir une demi-taille voire une taille au-dessus car pendant l'effort, le pied a tendance à gonfler.



EN MUSIQUE OU EN SILENCE ?

Courir en musique améliorerait les performances. Le débat est ouvert.
Oui : courir en musique permettrait de consommer moins d'énergie, d'améliorer le temps de course, de se détourner de la douleur liée à l'effort, en se concentrant sur des stimulus agréables.
Non : la musique est juste un moyen comme un autre de s'évader pendant la course et n'aurait aucune conséquence, ou en tout cas très peu, sur la performance sportive.



PERDRE DU POIDS OU PAS ?

Sur ce point, les avis divergent : il faudrait courir entre 20 et 45 minutes pour commencer à brûler les graisses. Mais cela n'est pas suffisant pour perdre du poids.
Il faut également prendre en considération l'intensité de l'effort et la régularité des séances de running. L'idéal pour maigrir et affiner sa silhouette est de combiner une alimentation saine et une activité physique régulière (2 à 3 séances hebdomadaires).



COURIR EN HIVER ?

Quand on court dans le froid, on s'expose davantage à des inconvénients divers (claquage, angine ou rhume…). Voici quelques recommandations pour mieux apprécier sa course durant cette saison :
- Adapter sa tenue aux conditions climatiques extérieures (vent, pluie, froid) : pour le haut du corps, un système multicouche (isolant, respirant et imperméable) et pour le bas, un collant de running respirant et épais.
- Porter des baskets adaptées au terrain. Courir sur du bitume ou en sous-bois, ce n'est pas la même chose. Il faut faire varier les amortis en fonction du type de surface.
- Bien protéger les extrémités du corps par temps froid : pour les mains, des gants en soie ou en polaire respirant ; pour la tête, des bonnets polaires et respirants.
- Penser à boire de l'eau. Dans le froid, on se déshydrate aussi.
- S'échauffer avant la course et s'étirer après l'effort. Par temps froid, cela est fortement recommandé.
- Veiller à bien vous alimenter car le froid augmente la dépense en calories.
- Par temps hivernal où la visibilité et l'éclairage sont moindres, porter des tenues avec des bandes réfléchissantes pour être sûr d'être visible.



COURIR À JEUN OU LE VENTRE PLEIN ?

Avant tout,si on ne veut prendre aucun risque, le plus sûr est de demander conseil à son médecin traitant.
Courir à jeun peut être bénéfique dans la mesure où on bénéficie toujours des apports alimentaires de la veille. Ce qui est consommé le matin avant la course n'est pas utilisable immédiatement et on peut se trouver en phase de digestion au détriment de l'effort. Cependant il est conseillé de boire un peu d'eau avant de courir.
Si on court plus d'une heure, il est également recommandé de se ravitailler avec un jus de fruit.
Cependant, il faut faire attention : avant un effort intense, il est fortement conseillé de s'alimenter pour ne pas tomber en hypoglycémie.



QUEL ÉQUIPEMENT PAR TEMPS CHAUD ?

Avant tout, privilégier le confort au look. Il est important de se sentir à l'aise en courant.
Pour le bas, un short ou un cuissard et pour le haut, un tee-shirt ou un débardeur respirant pour évacuer la transpiration et être toujours au sec.
Privilégier plutôt des couleurs claires qui retiennent toujours moins la chaleur que les couleurs sombres.
Porter une casquette légère pour se protéger du soleil, mettre de la crème solaire et surtout penser à s'hydrater.



COMMENT ÉVITER LES CRAMPES ?

Il faut tout simplement boire de l'eau pour éviter les crampes. Et en cas d'efforts prolongés, on peut boire des boissons spécialisées, riches en sels minéraux et en glucides. Pour prévenir l'apparition des crampes, le magnésium est aussi conseillé. Si malgré toutes ces précautions les crampes apparaissent, il faut bien étirer le muscle atteint.



ET POUR ÉVITER LE CLAQUAGE ?

C'est simple : il faut s'échauffer pour préparer les muscles à l'effort et bien s'étirer à la fin de l'échauffement. Attention : les huiles ou pommades peuvent constituer un complément à l'échauffement mais ne peuvent en aucun cas s'y substituer.